Etude de Cas : Traitement de 2 crossfitteurs

Xavier LEROUGE Kinésithérapeute spécialisé en kinésithérapie du sport
Sin Le Noble France
Demander plus d'informationsS'inscrire à la newsletter

Le CrossFit axe son fonctionnement autour de dix compétences athlétiques : endurance cardiovasculaire et respiratoire, endurance musculaire, force, souplesse, puissance, vitesse, agilité, psychomotricité, équilibre et précision.

Le programme CrossFit veut augmenter la capacité de travail dans ces différents domaines en provoquant par les entraînements des adaptations neurologiques et hormonales au travers des différentes filières métaboliques. (extracted from wikipedia)

Un sport aussi éprouvant physiquement amène forcément de la fatigue voire des contractions musculaires. J’ai eu l’occasion depuis que je suis un entrainement régulier dans mon club de traiter différents cross fitteur. En voici deux exemples :

  • M., 32 ans, est un professeur de cross fit diplômé et un athlète en phase de compétition. Le lendemain d’un « WOD » (WorkOut of the Day) axé sur le travail de ces quadriceps, M. souffre de fatigue musculaire et de crampes. Il vient donc me voir dans mon cabinet de kinésithérapie pour un soin ; il a une compétition le samedi soit 4 jours après son dernier entrainement! Je constate une perte de force, amplitude et tonicité musculaire. M. a une douleur dans les quadriceps EVA=4. Je décide d’utiliser mon Swiss DolorClast Master avec pièce à main EVO BLUE équipée d’un applicateur de 36mm afin d’effectuer un travail de relâchement musculaire profond. J’effectue une seule séance de 2 x 4000 ondes de chocs (4000 par quadriceps) entre 2 et 3.5bar à une fréquence de 15Hz. J’applique une force d’appui moyenne (mesurée à la compression de mon ressort) et pratique des mouvements circulaires de la rotule vers la hanche en insistant sur les zones douloureuses. Le traitement est rapide et confortable pour mon patient comme pour moi. M. ne pensait pas participer à sa compétition le samedi. Il a finalement participé et a amélioré sa performance par rapport à son dernier entrainement.
  • E., 22 ans est en phase de reprise d’activité physique. Après un « WOD » plus intense que les précédents, elle se retrouve avec une difficulté à la mobilisation et à l’extension du genou. Je constate une douleur musculaire au niveau du triceps sural associée à une perte d’amplitude et de verrouillage du genou. E. souffre aussi à un niveau EVA=6. Dans ces cas de douleurs résiduelle, j’utilise mon Swiss DolorClast avec pièce à main EVO BLUE équipée d’un applicateur de 15mm afin d’effectuer un travail de relâchement musculaire profond. J’applique donc 2500 coups entre 2 et 2.5bar à une fréquence de 15Hz. J’applique une force d’appui moyenne (mesurée à la compression de mon ressort) et pratique des mouvements circulaires dans la zone du triceps sural. Après 3 séances, les points douloureux ont disparu, le genou a retrouvé une mobilité normale et E.  peut reprendre son activité de cross fit.

Les ondes de chocs radiales sont utilisées depuis 18 ans avec succès principalement sur les pathologies tendineuses, comme le montre la revue de la database PEDro  effectuée par Schmitz et al. . Appliquées à une approche musculaire, elles augmentent encore l’arsenal thérapeutique du kinésithérapeute.

   


Demander plus d'informationsS'inscrire à la newsletter