Protocole de limitation des risques de lésions musculaires des ischio jambiers dans le cadre d’un DIDT chez une jeune footballeuse.

Elodie REPUSSEAU

Masseur Kinésithérapeute (35-Vitré)

Après ligamentoplastie de genou, nous savons que dans le cadre de la méthode DIDT le risque de lésion musculaire des ischio jambiers reste élevé, voyons ce que Kinéo nous permets de mettre en place pour limiter ce risque.

Prise en charge d’une footballeuse amatrice de 17 ans jouant en tant qu’attaquante, mesurant 1m70 pour 65 kgs, souhaitant reprendre le foot dés que possible.

Elle a été opérée en juin 2018, après 6 mois de renforcement musculaire en préopératoire. Nous savons que certes la récupération des amplitudes, de la force musculaire du quadriceps, et le travail de la stabilité du genou sont des points essentiels dans la rééducation post ligamentoplastie de genou, mais un des risques secondaires majeurs post ligamentoplastie avec une méthode DIDT est le risque de lésion musculaire des ischio jambiers, qui sont souvent trop peu rééduqués et oubliés compte tenu d’autres objectifs prioritaires.

Avec Kinéo, à 5 mois post opératoire, j’ai voulu d’une part tester grâce aux tests isocinétiques la déficit musculaire restant entre le côté sain et le côté opéré, après nos méthodes de rééducation traditionnelles et d’autre part montrer l’intérêt du renforcement musculaire avec Kinéo. Nous ne détaillerons pas la rééducation du reste des paramètres nécessaire lors d’une rééducation post ligamentoplastie.

Phase 1 de la rééducation :

La patiente a dans un premier temps bénéficié des méthodes classiques de rééducation, 3 fois par semaines en post opératoire, à savoir récupération des amplitudes articulaires, pour lutter contre le flessum, et récupérer la flexion de genou fonctionnelle, Gameready pour lutter contre l’oedème et drainer les hématomes présents. Par ailleurs, un réveil musculaire doux était mis en place pour favoriser le verrouillage de la patiente, et lui permettre de sevrer son attelle rapidement ( co contraction quadriceps/ ischio jambiers).

Phase 2 de rééducation :

Lorsque la patiente a eu récupéré ses amplitudes et qu’un verrouillage était possible, àune semaine post opératoire, nous avons pu sevrer l’attelle et travailler la marche, et ledéroulé du pas. Le renforcement du quadriceps a débuté. Parallèlement à cela, un travail sur la prise de greffe a été débuté le plus précocement possible. La patiente avait encore quelques hématomes traité par game ready, et un protocole d’autorééducation a été mis en place tout en restant infradouloureux.

Les premières semaines le protocole était doux, et les exercices simpliés, puis ils cesont intensifiés avec les semaines et les diminutions de la douleur. Nous traitons la prise de greffe comme une lésion musculaire des ischio jambiers.

La patiente avait ces trois exercices à réaliser :

La patiente a revu le chirurgien, qui est satisfait de la rééducation, et nous donne l’autorisation de reprise de course à pied et des sauts.

Phase 3 –Utilisation du Kinéo :

Début du kinéo.La patiente en guise d’échauffement réalise sa routine d’exercices habituels puis elles’installe sur le kinéo. Il est à noter que la patiente avait déjà connaissance de la machine en pré opératoire.Pour la première séance sur kinéo et pour terminer l’échauffement nous lui proposons quatre séries, de dix répétitions de renforcement en mode leg curl, mode visqueux, à 10kgs de charge côté sain et côté opéré.

Puis un bilan en mode test isocinétique est débuté, an de mettre en évidence la différence de force encore présente côté sain, côté opéré. En effet de récentes études ont prouvé qu’un différentiel de force inférieur à 10% entre les deux côtés était nécessaire pour limiter le risque de récidive de blessure.

On observe que le côté opéré est encore déficitaire, à 5 mois de rééducation. Il est donc nécessaire de pour suivre les exercices nécessaire à réduire cette différence de force entre le côté opéré et le côté sain.

Phase 4 – Exercices de renforcement avec le Kinéo :

Début de Travail sur kinéo en Leg Curl en mode visqueux pour ne pas être trop contraignant au début, 8 kgs en concentrique, 10 kg en excentrique en série de 10 répétitions, sur 5 blocs, avec 60 secondes de récupération entre deux blocs. La viscosité est augmentée entre chaque bloc, dans le limite de la non douleur. Il est demandé à la patiente de veiller à ne compenser avec ses lombaires et de contrôler son valgus dynamique de genou côté gauche pendant toute la durée de l’exercice.

Puis nous débutons deux séries de 10 répétitions de 10 kgs en concentrique, visco 1,retour en excentrique 10 kgs mode isotonique.

Puis nous augmentons la charge en réintégrant deux séries de 12 kgs, visco 1, retour en excentrique 12 kgs mode isotonique.

A raison de 3 séances par semaines, pendant 5 semaines, nous avons pu obtenir une progression permettant à la patiente de travailler en mode les deux dernières semaines en mode isotonique sans inertie sur des séries de 5 blocs de 10 répétitions de 10 à 15kgs en concentrique et en excentrique.

Phase 5 – L’Heure du test final

Après 5 semaines de travail sur Kinéo, la patiente opérée a bénéficié de nouveaux tests selon le mode isocinétique à l’aide du leg curl.

On retrouve alors des différences de force côté droit côté gauche inférieures à 8%.

Nous sommes donc plutôt contents de ce résultat, et nous espérons qu’en proposant ce type de protocole régulièrement à la patiente, nous diminuerons lors de la reprise de l’activité physique, les risques de lésions musculaires au niveau de la prise de greffe.

Articles du mois

TNT 2021

TNT 2020

TNT 2019

TNT 2018

TNT 2017

TNT 2016