Prise en charge d’une luxation antérieure de l’épaule avec paralysie du plexus brachial

Valérie Bourquin et Dimitri JURE

Préparateurs Physiques

La sensibilité et la motricité du membre supérieur est fournie par le plexus brachial qui est composé des nerfs issus des racines spinales de C5 à T1. Le déplacement de la tête humérale en dehors de la cavité glénoïde, lors d’un traumatisme ou d’un accident, peut entraîner une lésion de ce dernier.

Le cas évoqué dans cet article concerne une jeune femme de 27 ans pratiquant du sport loisir et qui ,suite à une chute en ski (choc épaule contre un bloc de glace) présentait une luxation antérieure de l’épaule, associée à une paralysie du plexus brachial.

En l’absence de récupération au bout de 3 mois (hématome non résorbé et fibrosé), une exploration chirurgicale avec neurolyse a été réalisée. Une longue phase de rééducation a été menée, permettant une récupération partielle des amplitudes. Suite à cela elle a souhaité mettre en place une phase de réathlétisation pour reprendre ses activités sportives dans les meilleures conditions.

Pour débuter cette phase, nous avons realisé un test d’aptitude à la réathlétisation à 18 mois post opératoire afin de connaitre sa capacité à suivre ce processus.

Ce bilan a mis en évidence :
_Une contracture au niveau du trapèze supérieur du côte lésé
_Un déficit d’amplitude en rotation médiale et latérale associé à des douleurs sur les derniers degrés
_Un déficit de force et d’endurance de force

Une prise en charge de 10 séances de réathlétisation a été préconisée.
L’objectif principal de notre protocole était de retrouver une capacité de mouvements sans gêne ni douleur (travail d’amplitude) et des capacités musculaires (travail de renforcement) afin de poursuivre sereinement ses différentes activités sportives.

_La 1ere phase était axée sur un travail d’étirement pour éliminer les tensions musculaires et améliorer la mobilité du rachis cervical et de l’épaule (travail postural et proprioceptif).
Les exercices sont réalisés à poids de corps sur des surfaces stables, en statique puis en dynamique à vitesse très lente (sans douleur).

_La 2eme phase a mis l’accent sur le renforcement des muscles stabilisateurs de l’articulation scapulo-thoracique puis de la gléno-humérale, avec un travail en tempos variés pour stimuler spécifiquement les qualités de proprioception, d’endurance et de force.

Renforcement stabilisateurs d'omoplates
Renforcement en endurance de force avec élastique

_La 3eme phase était plus orientée vers un travail fonctionnel en relation avec les activités physiques variées. Le travail de proprioception se complexifie avec l’ intégration d’exercices sur plan instable et/ou avec charge instable pour stimuler les capacités de coordination et de stabilisation articulaires en dynamique.

_Le travail s’intensifie en phase quatre, phase de travail fonctionnel spécifique, avec la mise en place de situations plus contraignantes combinant des exercices de proprioception, de renforcement global, de parcours sur l’échelle de rythme. Exercices réalisés sous forme de circuit training .

Pompes en instabilités

Articles du mois

TNT 2021

TNT 2020

TNT 2019

TNT 2018