Les mardis de la santé UNIM du 06/07

 REPLAY DU MARDI 06 JUILLET 2021

Faut-il réparer les ruptures de coiffe après 70 ans ?
– Dr Damien DELGRANDE (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Amaury GRANDJEAN (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Philipe MOREEL (Chirurgien orthopédiste)

Le marketing en cabinet c'est déjà demain

Plateaux TV

Programme : 

Quel cadre législatif applicable à la profession ?…

————————

Marketing mode d’emploi

————————

L’éveil des thérapeutes visionnaires

————————

Le marketing en cabinet sous  toutes ses formes

 Intervenants : 

Question posée sur le chat en direct : 

Question : Internaute : est-ce que le marketing ne va pas dénaturer la relation patient-thérapeute et nous détourner de notre principale mission qui est de soigner tous les patients ?

Stéphane GUERINOT : Il y a le soin, la prévention, l’accompagnement du après : “qu’est ce que l’on propose”, et on se doit d’offrir quelque chose de large parce que tout le monde n’a pas les mêmes besoins…donc non je dirai que plus on va rentrer dans cette notion de marketing et proposer des choses innovantes, ou même des choses comme la médecine chinoise, des massages, des choses plus anciennes… On va ainsi créer une relation particulière avec le patient puisqu’on le voit souvent et régulièrement..et c’est même pas une question de fidélisation, c’est lui proposer un accompagnement sur du long terme. 

Denis GOMICHON : Aujourd’hui, je crois qu’effectivement les jeunes kinés sont très sensibles à la question des réseaux sociaux etc. etc. A partir du moment ou il vont faire savoir ce qu’ils fond, ça ne va, non pas dénaturer le soin mais le valoriser. Et aujourd’hui on leur donne enfin le moyen de se valoriser. On est dans un bon moment pour émanciper la profession.

Bertrand VAILLANT : Je suis assez d’accord avec ce que les deux autres intervenants viennent de dire. L’arsenal thérapeutique qui est utilisé, appartient au thérapeute. Il a le choix d’utiliser la technologie qu’il souhaite face à la pathologie que vient lui présenter son patient. En revanche vous parliez de massage tout à l’heure, je ne sais pas si les jeunes individus ont aujourd’hui envie de se faire masser chez un kinésithérapeute… Peut-etre justement parceque cette connotation thérapeutique est trop importante…

Patrick MEOT : Non je pense que le marketing doit contribuer à re serrer les liens avec le patients, et c’est l’une des vocations du marketing aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *