Les mardis de la santé UNIM du 04/05/2021

 REPLAY DU MARDI 04 MAI 2021

Faut-il réparer les ruptures de coiffe après 70 ans ?
– Dr Damien DELGRANDE (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Amaury GRANDJEAN (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Philipe MOREEL (Chirurgien orthopédiste)

A la découverte des "Major Medicals"

Une soirée pour tout comprendre des nouvelles structures de pointe qui rassemblent les différents acteurs de la filière physio, pour une approche plus globale qui garantit l’optimisation de la prise en charge des patients ! 

Plateaux TV

Programme : 

L’influence d’un phénomène des Eighties

————————

La technologie : le vecteur de transformation

————————

Un contrat de compétitivité avec le patient

————————

La Major Medical côté infrastructure 

————————

Une déclinaison de Major Medical exemplaire

 Intervenants : 

Questions posées sur le chat en direct :

Question n°1 : 

Pour Stéphane GUERINOT : Finalement, nous pouvons considérer que vous avez créé une mini “Major Medical” au sein de votre cabinet… Avez-vous un rôle d’interface avec d’autres acteurs du parcours patient?

Stephane GUERINOT  : Oui, tout d’abord le podologue qui est essentiel, car on considère que tout patient est sur ses pieds.. il s’agit la fondation du corps. Et puis également des ostéopathe, acupuncteurs, réflexologue, nutritionnistes, psychologue…tout le paramédical… Et tout autour de de nous “en satellites” : des chirurgiens, des médecins, des radiologues..qui prennent le relais aussi… Donc nous sommes au milieu d’un “tissus de santé”.
Cette prise en charge multidisciplinaire est essentielle, car on cherche à faire en sorte que : ce que l’on fait pour les sportifs de haut niveau, on le fait aussi pour toute personne ayant besoins d’être traitée de la même façon…pas avec les mêmes vitesses, pas forcément avec la même intensité, mais on essaye de produire ce genre de choses…

 

Question n°2 :

Pour Pierre-Louis PUIG : Aujourd’hui, de part votre expérience, quelle est l’évolution clé de ces établissements “new generation” que vous appelez les “Major Medicals” avec une structure telle que le CERS CAP BRETON ?

Pierre Louis PUIG : Comme nous l’avons dit, le plus important est cette prise en charge pluridisciplinaire : tous les acteurs sont importants, il n’y en a pas un qui domine (depuis le podologue, jusqu’au chirurgien en passant par le diététicien, le psychologue…) c’est vraiment une prise en charge globale…et il s’agit du thème le plus important, qui permet de prendre le sportif dans sa problématique et pour le ramener à son plus haut niveau et jusqu’au retour sur le terrain en suivant les différentes étapes. Il est vrai que les aspects qui font la différence dans les prises en charge sont tout ce qui est récupération, avec des outils éprouvés et performants qui nous permettent de voir si le patient sportif, “du dimanche” ou professionnel, est en état d’enchaîner les charges de travail qui sont vraiment importantes.
Le dernier aspect qui me paraît important, c’est que, autant que pour le sportif de haut niveau qui est “une formule 1” où tout est dans les détails, et bien ces détails peuvent être adaptés au sportif “du dimanche” où il en tire des bénéfices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *