Les bénéfices de la cryothérapie corps entier sur les patients atteints de sclérose en plaques

La cryothérapie et ses effets sur la sclérose en plaques 

Joanne BRAVO

Ostéopathe DO

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire chronique auto-immune du système nerveux central, qui se caractérise par une variété de symptômes changeant souvent d’intensité et de mode d’apparition. En plus des maladies auto-immunes, des changements dégénératifs se produisent dans le système nerveux, dont le stress oxydatif, étant considéré comme facteur déclenchant. La sclérose en plaques touche le système nerveux central, en particulier le cerveau, les nerfs optiques et la moelle épinière. Elle altère la transmission des influx nerveux et peut se manifester par des symptômes très variables et notamment des troubles de la vision, engourdissements d’un membre, des sensations de décharge électrique dans un membre ou dans le dos ainsi que des troubles des mouvements. Cette pathologie se manifeste par des poussées inflammatoires dont l’intensité varient mais qui au fur et à mesure des années laissent des séquelles définitives que ce soit sur : le contrôle des mouvements, la perception sensorielle, la mémoire ou encore la parole. La communauté scientifique estime qu’en moyenne 1 personne sur 1 000 est atteinte de sclérose en plaques. Avec 5 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, le nombre de malades dans le monde s’élève à 2.3 millions. 

La prise en charge de la SEP par la communauté paramédicale 

Environ 100 000 Français sont atteints de sclérose en plaques, une pathologie qui touche deux fois plus de femmes que d’hommes. Aucun traitement définitif n’a été trouvé à ce jour. Bien que les poussées inflammatoires soient temporaires et disparaissent au bout de quelques jours, certains patients se voient prescrire des corticostéroïdes, tels que la prednisone orale et la méthylprednisolone par voie intraveineuse pour réduire les inflammations. 

La physiothérapie et la rééducation ont un rôle important dans la prise en charge de la SEP. Les kinésithérapeutes interviennent dans le cadre de la rééducation pour préserver certaines fonctions, réduire les complications mais aussi pour apprendre aux patients à mieux gérer leur handicap. Cet aspect de la prise en charge est indispensable pour améliorer leur confort quotidien. D’autres manifestations de la maladie sont généralement prises en charge par les kinésithérapeutes et notamment la gestion de la douleur, les problèmes liés à la fatigue ou encore l’apparition de spasmes musculaires. 

La cryothérapie et ses effets sur la sclérose en plaques 

L’intérêt du froid pour réduire les symptômes de la SEP est reconnu et admis par la communauté médicale. C’est pourquoi, la cryothérapie corps entier est une technologie adaptée à la prise en charge de cette maladie. Un soin d’une à 3 minutes dans un cryo sauna permet une descente rapide de la température corporelle pour atteindre un choc thermique. C’est précisément cet effet qui va permettre de réduire les poussées inflammatoires et apporter un réel soulagement au patient. 

Des retours d’expérience de patients et de professionnels de santé ainsi que des premières études scientifiques ont permis de constater les effets positifs de cette technologie sur la SEP. Parmi les effets recensés, il a été constaté : une réduction de la spasticité, une réduction des douleurs, une amélioration de la vision, un regain d’énergie, une amélioration des fonctions motrices. Sous l’effet du froid extrême, les poussées inflammatoires diminuent fortement et de nombreux patients ont affirmé que ce soin a permis une amélioration de la gestion de la douleur au quotidien ainsi qu’un meilleur confort de vie. Pour les masseurs-kinésithérapeutes équipés de cabine de cryothérapie, cette technologie permet de proposer une prise en charge alternative mais également de créer des protocoles de soins sur-mesure pour s’adapter à chaque typologie de patient en fonction du stade d’avancement de la maladie. 

Protocole de cryothérapie pour des patients atteints de sclérose en plaques 

La création de protocoles de cryothérapie doit se faire en fonction du stade d’avancement de la maladie mais aussi en fonction de la forme : rémittente, primaire progressive ou secondairement progressive. C’est au thérapeute d’évaluer le protocole qui est le plus approprié en fonction du patient. Pour une personne atteinte de sclérose en plaques de forme rémittente, il est possible de proposer le protocole suivant : 

  1. 10 séances sur un mois en faisant varier les heures et les jours des séances afin d’éviter une accoutumance qui réduirait les effets du choc thermique (en cure d’attaque).  

  2. Puis dans un deuxième temps, 2 séances par mois pendant deux mois pour assurer l’entretien.

Sans oublier 1 mois de repos avant la reprise du protocole initial. Si le patient ne ressent pas le besoin de reprendre au bout d’un mois, ne pas hésitez à laisser plus de temps de repos.

Lors de la création du protocole, il faut également prendre en compte les contre-indications et s’assurer que le patient est éligible à une séance dans un cryo sauna, mais aussi son âge, son sexe et le degré d’avancement de la pathologie. 

Protocole de cryothérapie pour des patients atteints de sclérose en plaques 

La création de protocoles de cryothérapie doit se faire en fonction du stade d’avancement de la maladie mais aussi en fonction de la forme : rémittente, primaire progressive ou secondairement progressive. C’est au thérapeute d’évaluer le protocole qui est le plus approprié en fonction du patient. Pour une personne atteinte de sclérose en plaques de forme rémittente, il est possible de proposer le protocole suivant : 

  1. [Saut de retour à la ligne]10 séances sur un mois en faisant varier les heures et les jours des séances afin d’éviter une accoutumance qui réduirait les effets du choc thermique (en cure d’attaque).  
  1. Puis dans un deuxième temps, 2 séances par mois pendant deux mois pour assurer l’entretien.[Saut de retour à la ligne] 

Sans oublier 1 mois de repos avant la reprise du protocole initial. Si le patient ne ressent pas le besoin de reprendre au bout d’un mois, ne pas hésitez à laisser plus de temps de repos.[Saut de retour à la ligne] 

Lors de la création du protocole, il faut également prendre en compte les contre-indications et s’assurer que le patient est éligible à une séance dans un cryo sauna, mais aussi son âge, son sexe et le degré d’avancement de la pathologie. 

 

Retours d’expérience et premières études 

La cryothérapie et ses effets sur la sclérose en plaques est aujourd’hui encore en cours d’évaluation via des étude scientifiques. De premiers documents ont mis en évidence l’intérêt de cette technologie dans la prise en charge de la maladie. Chez les personnes atteintes, la cryothérapie suscite de l’intérêt sur les forums en ligne dédiés à la SEP. Le soin par froid extrême est régulièrement évoqué comme étant une source de soulagement et d’apaisement. 

Toutefois, un encadrement médical est nécessaire. Un accompagnement par des professionnels de santé capables de mettre au point des protocoles de soin adaptés mais aussi de veiller à la sécurité durant le soin est essentiel. C’est pourquoi, il est impératif que les patients pratiquent ce soin dans un environnement médicalisé tel qu’un cabinet équipé. 

La rentabilité de la cryothérapie ? 

Les cabines de cryothérapie ne sont pas aujourd’hui massivement implantées dans les cabinets de kinésithérapie. Si certains professionnels de santé ont fait le choix de mutualiser cet achat pour diviser les coûts. D’autres ont passé des accords avec des centres spécialisés dans la cryothérapie. Cette association permet aux kinésithérapeutes de prescrire des séances à leurs patients qui vont ensuite dans un centre pour réaliser leurs séances. 

Pour les cabinets de kinésithérapie équipés d’une cabine de cryothérapie la rentabilité de l’appareil peut être rapide. Etant donné que cette technique permet la pris en charge de diverses douleurs et pathologies. Ainsi à partir de deux séances par jour, à raison de 40€ la séance sur une durée de 23 jours ouvrés, une cabine de cryothérapie peut générer un bénéfice mensuel de 946.60€. En conservant ces données mais en doublant le nombre de séances par jours, le bénéfice peut atteindre 2 538, 20€ TTC. Par ailleurs, ce soin permet un réel gain de temps dans la prise en charge de certaines pathologies, c’est pourquoi il ne s’agit pas uniquement d’un investissement financier mais c’est aussi une meilleure qualité de travail. 

Outre les patients atteints de sclérose en plaques, la cryothérapie est un soin qui convient également aux sportifs en phase de préparation ou de récupération, ainsi qu’aux personnes atteintes de maladies inflammatoires telles que l’arthrose, l’arthrite, la tendinite, etc. Il est donc possible de rentabiliser rapidement son équipement.  

Articles du mois

TNT 2021

TNT 2020

TNT 2019

TNT 2018

TNT 2017

TNT 2016