Le Sport Santé : un sport d'équipe

Roland KRZENTOWSKI

Médecin du Sport 
Président de Mon Stade, Maison Sport Santé 

La conscience des bienfaits du sport sur l’organisme est connue depuis longtemps. Hippocrate (460-377 av. J.C.) conseillait déjà la prescription d’exercices qui tiennent compte des dispositions de chacun… mais il faut attendre l’émergence d’une science moderne, l’épidémiologie, pour prouver le lien entre un mode de vie sédentaire et le risque de développer certaines pathologies. Jeremiah Morris, un des pionniers de l’épidémiologie, a pu ainsi démontrer au milieu du siècle dernier que les conducteurs des autobus à Londres, assis plusieurs heures par jour, avaient deux fois plus de risque de faire une crise cardiaque que les contrôleurs, actifs dans les escaliers de ces mêmes autobus à un étage. Les études, depuis se sont multipliées pour conférer à l’inactivité physique un risque significatif de développer une maladie chronique (diabètes, cancers, insuffisance coronarienne, …) elle est considérée aujourd’hui comme la première cause de mortalité évitable devant le tabagisme.  

Les confinements récents sont l’ultime démonstration de la relation entre notre comportement et notre santé. Certains d’entre nous ont eu pendant cette période des difficultés pour dormir, des douleurs inhabituelles du dos, des troubles du transit intestinal (constipation), les jambes lourdes, pris du poids, se sont sentis anormalement fatigués, irritables, stressés, … Tous ces symptômes peuvent être liés à l’inactivité physique et à l’augmentation du temps passé assis.  

Si la sédentarité est un facteur de risque de développer une maladie chronique, à contrario l’activité physique est une thérapeutique validée (Haute Autorité de Santé 2011). Trois « modes d’administration » ont fait la preuve de leur efficacité. Le premier consiste à réduire le temps passé à des activités sédentaires « Assis Moins », le second à augmenter l’activité physique quotidienne « Bouger Plus » le troisième a pour but d’améliorer la condition physique « Bouger Mieux ». 

Les deux premiers « modes d’administration » sont des repères généraux pour tous, promus par des campagnes de sensibilisation du grand public dans un objectif de prévention.  

Le troisième « mode d’administration de l’activité physique » à visée thérapeutique, celui qui a pour finalité l’amélioration de la condition physique, justifie une prise en charge personnalisée par des professionnels de santé et de l’activité physique. Les capacités cardio-respiratoires, les capacités musculaires et la composition corporelle sont évaluées avec précision pour pouvoir prescrire « sur ordonnance » à des patients fragiles un programme sécurisé et efficient visant à améliorer ces indicateurs de la condition physique considérés comme des indicateurs de santé.  

L’activité physique est considérée comme une thérapie à part entière dans de nombreuses pathologies, dont l’efficacité a été validée avec la même méthodologie que les médicaments. Toutefois elle est encore trop peu prescrite, un des freins étant l’absence de prise en charge financière par le régime général de l’Assurance Maladie, un autre la coordination encore insuffisante entre tous les intervenants de sa mise en œuvre 

Les Professionnels de Santé (Médecins, Masseurs-Kinésithérapeutes, Ergothérapeutes, Psychomotriciens), les Professionnels titulaires d’un Diplôme Universitaire dans le domaine de l’Activité Physique Adaptée (filière STAPS-APA), les Professionnels du Sport et personnes qualifiées disposant des prérogatives pour dispenser une activité physique aux patients atteints d’une affection de longue durée (décret n°2016-1990 du 30 décembre 2016) sont TOUS les acteurs du sport santé, et peuvent intervenir avant tout en fonction du degré de limitation du patient et de l’évolution de la maladie. Comme dans tous les sports d’équipe, la cohésion et la complémentarité des joueurs fait l’efficacité car oui … le SPORT SANTÉ EST UN SPORT D’ÉQUIPE.

Articles du mois

TNT 2021

TNT 2020

TNT 2019

TNT 2018