Scoliose idiopathique

La scoliose idiopathique : prise en charge médicale

Techno Therapy

Faut-il réparer les ruptures de coiffe après 70 ans ?
– Dr Damien DELGRANDE (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Amaury GRANDJEAN (Chirurgien orthopédiste)
– Dr Philipe MOREEL (Chirurgien orthopédiste)

La scoliose idiopathique : prise en charge médicale

Techno Therapy

Déformation rachidienne de la colonne vertébrale, la scoliose doit s’analyser dans les trois plans de l’espace. De face, elle constitue la déviation connue de tous, le côté de la convexité de la courbure principale définissant le côté de la scoliose. De profil, elle s’accompagne d’une inversion des courbures physiologiques aboutissant au dos plat. Dans le plan horizontal, elle est caractérisée par la rotation vertébrale, responsable de la gibbosité. Certaines scolioses sont secondaires et peuvent être dues à une malformation vertébrale congénitale (hémi vertèbre), ou bien à une affection neuromusculaire (paralysie cérébrale, myopathie), à une maladie du tissu conjonctif (maladie de Marfan), à une dystrophie osseuse (Neurofibromatose de Recklinghausen) ou encore rentrer dans le cadre d’une maladie syndromique. Mais la plupart des scolioses n’ont pas de cause reconnue et sont dites idiopathiques.

Ce terme cache en fait notre ignorance. Les hypothèses étiologiques permettent de penser que la scoliose idiopathique a une origine multifactorielle avec au premier plan le facteur génétique. 80% des scolioses idiopathiques surviennent chez les filles. La croissance joue un rôle majeur dans l’évolution de la scoliose.  

C’est cette scoliose idiopathique qu’il convient de dépister, surveiller et traiter de façon pertinente.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *