Amélioration de la qualité de la démarche et de la douleur grâce à l'utilisation de semelles orthopédiques chez des sujets présentant une légère inégalité de longueur de membre inférieur

Charlotte MENEZ

Docteur en STAPS

D’après Menez, C., L’Hermette, M., & Coquart, J. (2020). Orthotic Insoles Improve Gait Symmetry and Reduce Immediate Pain in Subjects With Mild Leg Length Discrepancy. Frontiers in Sports and Active Living, 2, 579152. https://doi.org/10.3389/fspor.2020.579152 

Introduction : 

Les Inégalités de Longueur de Membre Inférieur (ILMI) légères sont fréquentes dans la population adulte et sont souvent prises en charge dans le domaine de la podologie. De plus, ces ILMI légères, même lorsqu’elles sont inférieures à 1,0 cm, sont connues pour augmenter le risque d’arthrose du genou (Harvey 2010), de scoliose (Specht et De 1991) et sont fréquemment associées à des lombalgies (Defrin et al. 2005). Ainsi, dans l’espoir de prévenir ces complications, le traitement podologique le plus fréquemment utilisé semble être l’Orthèse Plantaire (OP)En effet, les OP peuvent être facilement préparées et adaptées aux sujets par tout praticien qualifié dans le domaine de la podologieCependant, seules quelques études ont examiné les effets des OP sur la cinématique de la marche (Bandy et Sinning 1986 ; Bangerter et al. 2019) et la douleur (Defrin et al. 2005 ; Golightly et al. 2007) chez des sujets présentant une ILMI.  

Par conséquent, l’objectif de la présente étude était d’examiner les effets immédiats des Semelles Orthopédiques (SO) sur la cinématique de la marche et la douleur en fonction de l’écart de longueur des jambes (i.e., ILMI ≤ 1,0 cm vs ILMI > 1,0 cm) chez les sujets présentant une ILMI légère. 

 Méthode :

Cette étude rétrospective de 18 mois a permis d’inclure des sujets présentant une ILMI légère (≤ 3,0 cm) et qui ont été reçus au Centre Orthodynamica (Rouen, France) suite à une prescription médicale pour la conception éventuelle de SO. Seuls les sujets adultes (18 ans < âge < 70 ans) ont été inclus. Le diagnostic d’une ILMI légère a été confirmé par un podologue lors d’un examen clinique. Les sujets ont été exclus s’ils étaient en situation d’obésité (indice de masse corporelle ≥ 30 kg.m-²) ou s’ils avaient des antécédents de chirurgie, de blessure aux membres inférieurs, de pathologie neuromusculaire ou vasculaire au cours des 6 derniers mois. Deux groupes ont été constitués à partir de la hauteur de l’ILMI (i.e., un groupe avec une ILMI ≤ 1,0 cm abrégé GILMI≤1cm vs un groupe avec une ILMI > 1,0 cm abrégé GILMI>1cm). Suivant la méthodologie quotidienne employée au centre Orthodynamica, chaque sujet a reçu des soins de routine en podologie associés à une analyse biomécanique (Figure 1) de la marche avec et sans SO (Figure 2). 

Figure 1 : "IOR lower body" pour l'analyse de marche A) de face, B) de dos, Qualisys
Figure 2. Conception des semelles orthopédiques A) moulage, B) semelles orthopédiques thermoformées et C) façonnage

Résultats : 

 Les résultats de notre recherche ont montré des améliorations de la symétrie articulaire grâce à l’utilisation des SO, en particulier au niveau du bassin et de la cheville pendant la phase d’appui, indépendamment du groupe. De plus, cette étude a révélé une réduction significative de la douleur (quelle que soit la hauteur de l’ILMI). 

Discussion et Conclusion : 

La littérature actuelle démontre un effet bénéfique de l’OP sur la cinématique de la marche du membre inférieur pour les ILMI modérées ou sévères (Bangerter et al. 2019). En revanche, certaines études passées n’ont pas trouvé d’effets significatifs pour une ILMI légère (Goel et al. 1997 ; Bandy et Sinning 1986). Notre étude montre que les SO peuvent améliorer significativement la symétrie des articulations du bassin (plan frontal) et de la cheville (plan sagittal) pour les sujets souffrant d’une ILMI même très légère. En effet,  nous pouvons observer des stratégies de compensation au niveau de la jambe longue comme une obliquité de bassin (bassin plus haut), adduction fémorale et/ou un valgus du pied… (Figure 3). Les SO permettent de diminuer les déséquilibres cinématiquelors de la marche et donc les risques de douleurs, de blessures et troubles musculo-squelettiques 

Les stratégies compensatoires de l'ILMI

La littérature étant peu fournie sur le sujet, il y a donc un réel intérêt à poursuivre les recherches dans ce domaine afin de mieux comprendre les effets des SO sur la cinématique et la douleur au niveau des membres inférieurs. Ces recherches pourraient constituer une source d’information nécessaire pour les cliniciens et les sujets. 

Cette étude contribue à une meilleure compréhension de l’effet des SO sur la cinématique de la marche observée chez les sujets atteints d’une légère ILMI. De plus, notre étude confirme que les SO diminuent significativement la douleur chez les sujets atteints d’une ILMI légère. De ce fait, nous pouvons recommander le traitement des ILMI légères par des SO, même lorsque l’ILMI ≤ 1 cm. Cette étude nous a permis de démontrer que les SO peuvent jouer un rôle dans l’amélioration de la symétrie articulaire pour certains paramètres cinématiques pour les légères ILMI. L’utilisation des systèmes optoélectroniques produisent des données quantitatives contribuant à l’optimisation de la prise en charge des patients présentant une ILMI. Ces éléments de réponses nous suggèrent de nouvelles investigations toujours plus approfondies afin de mieux saisir l’effet des SO sur les ILMI légères et perfectionner le traitement orthopédiqueCette étude constitue l’une des nombreuses volontés de recherche et développement du centre Orthodynamica.  

Bibliographie : 

Bandy, W. D., & Sinning, W. E. (1986). Kinematic effects of heel lift use to correct lower limb length differences. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 7(4), 173-179.

Bangerter, C., Romkes, J., Lorenzetti, S., Krieg, A. H., Hasler, C.-C., Brunner, R., & Schmid, S. (2019). What are the biomechanical consequences of a structural leg length discrepancy on the adolescent spine during walking? Gait & Posture, 68, 506-513.
https://doi.org/10.1016/j.gaitpost.2018.12.040

Defrin, R., Benyamin, S. B., Aldubi, R. D., & Pick, C. G. (2005). Conservative correction of leglength discrepancies of 10mm or less for the relief of chronic low back pain. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86(11), 2075-2080.
https://doi.org/10.1016/j.apmr.2005.06.012

Goel, A., Loudon, J., Nazare, A., Rondinelli, R., & Hassanein, K. (1997). Joint moments in minor limb length discrepancy: a pilot study. American Journal of Orthopedics (Belle Mead, N.J.), 26(12), 852-856.

Golightly, Y. M., Tate, J. J., Burns, C. B., & Gross, M. T. (2007). Changes in pain and disability secondary to shoe lift intervention in subjects with limb length inequality and chronic low back pain: a preliminary report. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, 37(7), 380-388. https://doi.org/10.2519/jospt.2007.2429

Harvey, W. F. (2010). Association of leg-length inequality with knee osteoarthritis: a cohort study. Annals of Internal Medicine, 152(5), 287-295. https://doi.org/10.7326/0003-4819152-5-201003020-00006

Specht, D. L., & De, K. B. (1991). Anatomical leg length inequality, scoliosis and lordotic curve in unselected clinic patients. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics,14(6), 368-375.

Articles du mois

TNT 2021

TNT 2020

TNT 2019

TNT 2018

TNT 2017

TNT 2016