Débat scientifique

Read More&source=http://www.cms-tv.com');return false" target="_blank" >


Tassement vertébral : quel bilan & quel traitement ?

 

La 3ème Journée Médecine Chirurgie du centre Orthopédique SANTY s’est tenue comme tous les ans à l’Espace Tête d’Or.
Elle s’inscrit dans la continuité des deux premières journées. Mais continuité ne veut surtout pas dire routine.

Le 19 novembre 2016, notre objectif est double :

– Diffuser notre message : « Le mouvement c’est la vie ».
– Partager avec vous tous notre passion et notre expérience.

L’organisation est restée la même puisqu’on ne change pas une équipe qui gagne :

– Une participation scientifique des acteurs de SANTY et du centre paramédical SANTY
– Une organisation s’appuyant sur la logistique de PMA, magnifiquement orchestrée par Patrick MEOT.
– Une collaboration fidèle de nos partenaires de l’industrie
– Un public regroupant tous les participants impliqués dans les pathologies de l’appareil locomoteur.

La prise en charge des fractures vertébrales reste encore difficile malgré les nombreux progrès réalisés ces dernières années. Un grand nombre de fractures est encore sous diagnostiqué, d’une part en raison du caractère très fréquemment peu ou asymptomatique des fractures et d’autre part en raison d’une interprétation parfois erronée des examens d’imagerie.  Concernant les fractures symptomatiques, l’enjeu à la phase aiguë est de stabiliser les lésions avec une menace neurologique, de soulager des douleurs très intenses et de limiter le retentissement dans la modification de la forme de la colonne vertébrale.

Les fractures instables requièrent le plus souvent un traitement chirurgical de type ostésynthèse ou arthrodèse. Les fractures tassements peuvent bénéficier soit d’une immobilisation par corset rigide soit d’une chirurgie per-cutanée mini-invasive de type kyphoplastie qui permettra une antalgie quasi-immédiate. Dans le cas des fractures ostéoporotiques, une prise en charge secondaire en rhumatologie est ensuite indispensable afin d’effectuer un bilan osseux complet, instaurer un traitement adapté et prévenir ainsi le risque de nouvelle fracture. Enfin, il faut dans tous les cas, s’assurer d’une bonne récupération des muscles extenseurs du rachis par une kinésithérapie adaptée.

 

Henri D’ASTORG, Erci EBERMEYER, Anne FOUQUE-AUBERT, Grégoire LE BLAY, Sébastien PINON.


Tous les replays