L’impact d’une alimentation prenant en compte les allergies de type III à IgG sur les performances en natation

Camille LIENERS, PhD en biochimie, spécialisé en microbiologie et en chimie alimentaire, expert dans le domaine des allergies et intolérances alimentaires. Membre fondateur de l’Académie de la Santé Environnementale du Luxembourg.

Le but de cette étude était de démontrer qu’une alimentation personnalisée prenant en compte les aliments diagnostiqués positifs par ImuPro300, avait des effets bénéfiques sur l’état de santé des athlètes et leur puissance de performance à la course. L’étude a été réalisée auprès de nageurs de niveau olympique et conduite suivant la méthode classique de double aveugle cross-over.

Méthode:

La détermination des anticorps IgG contre 277 aliments a été réalisée avec le test ImuPro300 fabriqué par R-Biopharm AG et les sujets ont été répartis en deux groupes d’étude : un groupe suivant un régime strict (uniquement des aliments IgG négatifs ont été consommés), et l’autre groupe suivant un de régime placebo (régime alimentaire contenant également des aliments IgG positifs). Les régimes restaient équilibrés au niveau des calories et micronutriments.

L’état de santé a été contrôlé par questionnaires en début et fin de chaque période d’étude.

Test de natation 10×100 et steptest : C’est un ensemble de tests de natation, simples mais efficaces et utiles, que les entraîneurs et les nageurs de compétition de tous âges peuvent utiliser pour se contrôler en entraînement.

Ce protocole est constitué de tests pluridisciplinaires, qui incluent la prise en compte des domaines physiologiques ainsi que des aspects biomécaniques et techniques de performance en natation. (Détails sur demande)

Test ergométrique (6 min.)

 

photo_01

Estimation de la graisse corporelle par mesure de l’épaisseur du pli cutané
Les paramètres suivants ont été mesurés au premier jour, au jour 18 et au jour 41 de chaque période : Test de natation : lactate et rythme cardiaque. Test ergométrique : VO2max (uniquement au début et à la fin de chaque période)

Résultats:

Les réactions avec IgG alimentaires étaient en moyenne augmentées par rapport à la population standard (43vs32) allant de 13 à 103 réactions.

La concentration moyenne de lactate après l’effort (fig.1) a diminué de 12,8 % dans le groupe au régime strict, tandis qu’une augmentation de 45,1 % a été observée dans le groupe au régime placebo. Individuellement, l’amélioration la plus significative atteignait 51 % de lactate en moins après la natation.

Figure 1 Lactate post swim change in %

photo_02

    D% between diet group: 57.9%

 

La fréquence cardiaque moyenne (tableau 1) a diminué de 3,3 % après l’effort dans le groupe au régime strict et a augmenté de 2,8 % dans le groupe au régime placebo. Une différence encore plus marquée en temps de repos de 30 secondes ou elle diminuait de 12,8 % dans le groupe à l’alimentation stricte, contre une augmentation de 3,6 % dans le groupe au régime placebo. Après 60 secondes, une diminution de 14,6 % contre 2,5 % dans le groupe placebo.

Table 1 heart rate change in %

Capture d’écran 2016-05-30 à 17.00.41

MeanVO2max (fig 2) a augmenté de 6,3 % dans le groupe à l’alimentation stricte en comparaison avec une diminution de 2,8 % dans le groupe de régime placebo. Une amélioration individuelle de 44 % a été constatée.

Figure 2 VO2/kg/min change in %

photo_03

D % between diet form: 9.05%

Le poids corporel moyen au bout des 41 jours d’observation a baissé de 2,3 %, alors qu’une augmentation de 0,2 % a été observée dans le groupe suivant le régime placebo. Individuellement, une baisse de poids de 6,3 % a été constatée dans le groupe au régime strict.

La composition de graisse corporelle s’est améliorée en moyenne de 4,4 % dans le groupe au régime strict contre 1,1 % dans le groupe de régime placebo.

Discussion

Parmi tous les paramètres testés, une amélioration moyenne claire a pu être observée dans le groupe appliquant un régime strict par rapport au groupe suivant un régime placebo.

Les variations individuelles ont été significatives. Certains participants ont amélioré leurs performances de façon spectaculaire, d’autres moins, en fonction de leur adhésion au programme.

Le nombre d’aliments positifs diffère de manière significative entre les participants.

Dans le principe de cross-over, un effet report a pu être observé lorsqu’un sujet au régime strict change pour le groupe placebo.

photo_00

 

Camille LIENERS,
PhD en biochimie, spécialisé en microbiologie et en chimie alimentaire, expert dans le domaine des allergies et intolérances alimentaires. Membre fondateur de l’Académie de la Santé Environnementale du Luxembourg.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En savoir plus   
Partager l'article