La lombalgie commune par traitement laser haute puissance

Joël BARBIER

Définition

La lombalgie ou douleur de la colonne lombaire n’est qu’un symptôme dont les causes sont très variées. Dans 90% des cas, la lombalgie est bénigne mais peut aussi devenir invalidante et se transformer en lombalgie chronique.

Causes

Il n’y a pas de lésions majeures pouvant expliquer les douleurs lombaires. Celles-ci peuvent alors être liées aux disques intervertébraux, aux vertèbres, aux muscles, aux tendons ou aux ligaments. La répétition de mauvais gestes associées à du surpoids ou du stress va provoquer des microlésions entrainant une inflammation et des contractures musculaires sur la partie la plus profonde de la colonne vertébrale. Il se produit aussi des contractures reflexes dites de protection. Ces contractures peuvent elles-mêmes entrainer des douleurs qui vont à nouveau provoquer des contractures qui remonteront jusqu’à la surface du corps. Avec l’âge, les articulations inter apophysaires présentent une dégradation entrainant une inflammation qui peut aussi être responsable de la douleur. Avec le vieillissement, les disques intervertébraux perdent de leur élasticité et même si cette dégénérescence n’est pas toujours associée à des douleurs, elle peut être en cause dans certaines lombalgies.

Objectifs du traitement

Le premier objectif est la suppression de la douleur, puis supprimer les contractures musculaires des muscles profonds de la colonne vertébrale ainsi que les muscles superficielles pour permettre d’engager une rééducation plus rapidement.

Mécanisme d’action de la thérapie laser haute énergie

La thérapie laser haute énergie va agir de façon simultanée sur les différentes causes de la douleur. La puissance et le type de longueur d’ondes (Infra rouge) utilisée va permettre de pouvoir traiter en profondeur, au plus près des lésions qui provoquent la douleur.

  • L’action bio-stimulante du laser va entrainer la cicatrisation des microlésions, souvent causées par des mouvements répétitifs, sur les muscles et les ligaments.
  • Le laser va permettre de rétablir la production d’ATP au niveau des mitochondries des myofibrilles, ce qui entrainer un relâchement musculaire immédiat des muscles profonds de la colonne vertébrale (inter apophysaire)
  • Par son action anti-inflammatoire le laser va faire diminuer l’inflammation des articulations inter apophysaires.

L’ensemble de ses actions va avoir pour conséquence immédiate une diminution de la douleur et ce de façon très spectaculaire.

Déroulement d’une séance

L’examen clinique d’une lombalgie doit permettre de repérer :

  • La zone douloureuse au niveau vertébrale et éventuellement sacro-iliaque
  • Les zones de contractures musculaires associées, notamment carré des lombes, muscles fessiers.
  • Repérage des Triggers points

 

1ère phase

Pour cette phase on va choisir un programme à visée décontractante qui va permettre de traiter les Trigger Points puis ensuite on réalise un balayage sur tous les muscles contractés.

photo_02

2ème phase

En va choisir pour cette phase un programme ayant à la fois une action bio-stimulante et une action cicatrisante, que l’on passer sur toute la zone douloureuse de la colonne vertébrale et des gouttières para- vertébrale.

 

Durée d’une séance

L’ensemble de ces deux phases va durer environ 15 minutes

Nombre moyen de séances

En règle générale 5 à 6 séances sont largement suffisantes pour traiter une lombalgie commune et permettre de commencer un traitement de rééducation sans douleur.

Rythme des séances

Le rythme des séances se fait en fonction de l’importance de la douleur.

Douleur forte : une séance par jour pendant 2 à 4 jours puis on espace à une séance tous les 2 ou 3 jours. Douleur moyenne : une séance par jour pendant 2 jours de suite puis une séance tous les 2 ou 3 jours. Douleur faible : une séance tous les 2 ou 3 jours puis 1 séance par semaine pendant 1 à 2 semaines.

Résultats

Le premier résultat est une diminution importante de la douleur et ça dès la première séance. Ensuite les douleurs vont continuer de baisser et la mobilité du patient va très vite s’améliorer ce qui permet donc aux kinésithérapeutes de pouvoir envisager une rééducation musculaire beaucoup plus rapidement.

Conclusion

L’intérêt de la thérapie laser haute énergie réside à la fois par sa simplicité de mise en œuvre, par des temps de traitement courts, pouvant être intégrer à n’importe quelles autres techniques de rééducation et à son efficacité prouvée par de nombreuse études scientifiques.

 

 

 

photo_01

Joël BARBIER

Kinésithérapeute




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En savoir plus   
Partager l'article