• Rééducation
  • Réathlétisation
  • Préparation physique
  • Évaluation

Expert KINEO

Présentation d’un expert KINEO

Pierre-Emmanuel VILETTE

Rédacteur de l’étude de cas

Ambre : « Quel est le positionnement de ton cabinet ? (Diplôme / spécialisation / Type de patientèle) »

P.E VILETTE : « J’ai un Cabinet libérale en Saône et Loire. Ayant obtenu mon diplôme de kinésithérapeute en 2001 en Belgique, j’ai passé mon équivalence l’année suivante pour pouvoir obtenir mon diplôme d’état de Kinésithérapeute et ainsi exercer en France.

Plus tard je me suis formé sur trois axes principaux : la réathlétisation genou, la thérapie manuelle douce (Sohier) et le massage par instrument (Richelli).

Je soigne beaucoup de sportif mais pas que. J’alterne ma journée avec des soins en cabinet et des soins à domicile. 60% de ma patientèle sont des patients pour de la traumatologie ou de l’orthopédie. Ce sera tout ce qui concerne ligamentoplastie, entorse, fracture des membres inférieurs et supérieurs. 20% de ma patientèle seront la rhumatologie et les 20% seront pour un traitement avec kinésithérapie respiratoire ou neurologique ».

Ambre : « Quelle est ta méthode employée par l’ensemble de votre l’équipe ? (Le fonctionnement du cabinet/ ton états d’esprit…) »

P.E VILETTE : « Nous fonctionnons avec un patient en rééducation et un patient en massage par demi-heure. Seulement un patient qui est en traumatologie ou en orthopédie restera 1h30 dans le cabinet pour tous les soins annexes.

On alterne entre les soins à domicile et les soins en cabinet. Sur une matinée à domicile je fais 5 patients. Il faut compter 45min par patient en comptant le temps de trajet.

Dans le cabinet la bonne ambiance est au rendez-vous, plusieurs patients créent des liens car ils se voient pendant les soins plusieurs fois par semaine. Les sportifs nous chambrent un peu et nous en retour on les chambres sur une mauvaise réalisation d’exercice. On cherche à créer un lien et d’être dans l’échange ».

Ambre : « Décris-moi tes objectifs avec la création de ton Cabinet ? »

P.E VILETTE : « J’ai créé mon cabinet pour améliorer la prise en charge des patients. La création d’un espace plus grand et plus conviviale. J’ai ainsi crée une place centrale avec les salles de massage autour. Me permet de suivre et contrôler la réalisation des exercices de tout ceux présent dans mon cabinet ».

Ambre : « Qu’est-ce qui t’as motivé dans l’acquisition d’un KINEO Multi station ? »

P.E VILETTE : « Ce qui m’a séduit c’est le fait de pouvoir condenser plusieurs machines en une seule. Et bien entendu, l’aspect de rééducation fonctionnelle. Je m’en sers sur les membres inférieur, supérieur et même le rachis ».

Ambre : « Pourquoi KINEO plutôt qu’une autre machine ? »

P.E VILETTE : « Je l’ai vue la première fois à un CMS à Lyon. Michel ma présenté la machine ainsi que le créateur de la machine Pierpaolo Lucchetta. Ce qui m’a attiré est la possibilité de mettre en place un travail fonctionnel, la modulation de la charge et différencier la force concentrique et excentrique ».

Ambre : « A-t-il un emplacement Spécifique dans le cabinet pour KINEO Multi station ? »

P.E VILETTE : « Au centre du cabinet »

Ambre : « Dans qu’elle contexte recommanderais-tu KINEO ? Si oui pourquoi ? (Image / repousser les limites / un travail particulier…) »

P.E VILETTE : « Oui je recommanderai KINEO Multi station, à tous les kinésithérapeute qui s’occupe de traumatologie et d’orthopédie. Le plus est de pouvoir visualiser le feedback. Les patients se rendent compte que lorsqu’il travaille dans une salle de musculation basique, il ne réalise pas le mouvement correctement et pas à une intensité suffisante.

De plus, maintenant avec l’accumulation de machine, on arrive au même prix mais pour un équipement mécanique et non fonctionnelle et sans feedback ».

Ambre : « Pour toi qu’elle est le bénéfice, dans le phénomène que l’on connait aujourd’hui, qui rapproche la kinésithérapie traditionnelle avec la préparation physique ? »

P.E VILETTE :  « De nos jours la kinésithérapie devient plus moderne et plus dynamique. Le rapprochement permet de combler chacun nos faiblesses (préparateur physique et kinésithérapeute). C’est-à-dire que nous ne sommes pas former à la préparation physique. Il sert à combler le creux entre la rééducation et le retour au terrain. En effet, beaucoup de joueur qui se re-blaisse en sortant d’une rééducation du a un manque de réathlétisation et préparation physique ».

Ambre : «Tu es à l’initiative de l’étude « Suivie d’un joueur de rugby en pré et post opératoire », quels sont les enseignements que tu en retires ?

P.E VILETTE :  « L’étude que j’ai mené m’a permis de confirmer mes idées sur la machine. Dans le cabinet je met en place mon propre protocole sur Kineo plus régulièrement. J’ai deux autre joueurs qui ont regagner en force. Il y a une diminution de la différence du tour de cuisse entre les deux jambes.