72H CHRONO ! Entorse du ligament collatéral médial du genou droit à 48 heures du traumatisme.

Loïc ARNOUL, Kinésithérapeute de l'UBB Top 14 Rugby et de l'Orthopôle Bruges

“Je suis kinésithérapeute à L’UBB depuis maintenant 8 ans, et en parallèle je conserve une activité libérale à l’Orthopole Bruges. Je n’ai jamais trop été attiré par la physio/electro-thérapie, je considère que les meilleurs outils du kinésithérapeute sont ses mains.”

Mais quand la Tecar-therapie s’est développée en France, j’ai été intrigué par cette nouvelle technologie, et c’est au cours d’un déplacement en coupe d’Europe avec l’UBBque je me suis laissé convaincre par le Physiothérapeute de l’équipe adverse, d’essayer cette nouvelle approche de la physiothérapie. Ce qui m’a séduit dans cette technologie c’est de pouvoir transformer ma main, en appareil de physiothérapie! De nombreuses publications existent, prouvant l’efficacité aux niveaux cellulaires de la Tecarthérapie et très rapidement je me suis rendu compte de son efficacité dans mon activité libérale et dans mon activité au sein de l’UBB.

 

photo_01

Je vous propose d’illustrer cette technologie par un exemple de soin sur un de mes patients rugbyman . Celui-ci souffre d’une entorse du ligament collatéral médial du genou droit à 48 heures du traumatisme. Le bilan dégage d’importantes contractures du quadriceps, du triceps sural et des adducteurs. Un processus inflammatoire s’est installé en regard du ligament latéral interne avec des douleurs jusqu’à l’insertion des muscles de la patte d’oie. La flexion du genou est limitée à 90°. L’IRM confirmera une entorse de grade 1. L’objectif est de retrouver dès la fin de la première séance un maximum d’antalgie, une réduction de l’inflammation aigüe et une récupération fonctionnelle pour un retour à l’entraînement le plus rapidement possible.

La tecarthérapie repose sur une diathermie localisée associée à deux modes d’application capacitif et résistif. Pendant le soin, nous décidons et maîtrisons parfaitement cette diathermie en fonction de la chronicité et de l’inflammation des tissus traités. Tout au long du soin nous provoquons une augmentation des échanges ioniques intra et extracellulaire de par le courant à haute fréquence. Le mode capacitif, qui a un impact sur les tissus superficiels, liquidiens et musculaires. Et,le mode résistif, avec une électrode métallique qui permet d’adapter toutes nos techniques manuelles pour atteindre les tissus résistants.

Les contractures sont dans un premier temps levées par un massage capacitif puis résistif (ce dernier est approprié aux levées de tensions et Trigger points) avec une diathermie notable mais confortable pour le patient. Cette diathermie est la chaleur provoquée par l’activation cellulaire localisée qui participe à la vasodilatation et l’augmentation de la vascularisation recherchée. Quelques minutes suffisent pour relâcher les points de tensions musculaires notamment grâce à deux fréquences en capacitif CET (500KHz) et DEEPCET (300KHz) permettant d’atteindre différentes profondeurs musculaires.

Le ciblage sur le ligament se fait en résistif comme sur la photo par un léger ponçage manuel adapté à la douleur. L’utilisation du mode résistif (qui joue sur les pompes cellulaires Na/k) participe en athermie à la régulation de l’inflammation. Nous pouvons déjà lutter contre d’éventuelles adhérences secondaires. Avec ce même mode d’application, un MTP est pratiqué sans douleur en regard de la patte d’oie. La thérapie manuelle est facilitée par une électrode dite FixPad directement positionnée sur mon avant-bras.(cf photo)

Ensuite, avec l’aide de l’antalgie pendant la séance, des mobilisations articulaires sont réalisées manuellement en mode résistif. Les contraintes articulaires sont plus facilement et plus rapidement libérées en tecarthérapie qu’avec une technique manuelle pure.

Cette première séance de 15 à 20 minutes se termine par une régulation du métabolisme local par une application 2 minutes en capacitif à 10% de puissance en lowpulse (émission alternée). Ceci pour prolonger l’antalgie pour les 24 heures suivantes. Dès le lendemain, il sera envisagé un protocole de proprioception adapté à la Técarthérapie avec une antalgie complète et une régulation de la vascularisation.

Avec une légère contention proprioceptive taping, ce patient reprendra l’entraînement sans aucune gêne fonctionnelle dans les 72 heures.

Il faut retenir hormis ces résultats probants, que la Tecarthérapie grâce à ses évolutions techniques s’adapte aujourd’hui à toutes mes techniques manuelles dans le milieu sportif mais aussi de ville.

 

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En savoir plus   
Partager l'article